Email-marketing-professionnel

Pause #21 : Dossier spécial « Communication »

 
  Recevez Vos Ebooks Offerts !


Parce que ce sujet me semble être d’une importance capitale

 ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?

 
 
Durée de lecture : 6 minutes 24


Avec cette Pause Méditation hebdomadaire, nous nous lançons dans un dossier spécial de 3 semaines… tel que promis à la pause dernière 😁


Voici donc le premier volet d’un dossier spécial que j’ai intitulé “Communication ouverte et bienveillante”.

Pourquoi tout un dossier ? Parce que ce sujet me semble être d’une importance capitale, et qu’il est assez riche pour que nous puissions nous y plonger en profondeur.

Je te propose donc d’avancer en 4 étapes (oui oui, sur 3 pauses méditation, tu as bien suivi 🙃)

  • En premier lieu, on va parler de nous-même, de notre petit ego – il nous poursuit celui-là – et de l’importance de comprendre le “je” pour pouvoir bien communiquer avec les autres

  • Dans un deuxième temps, on va s’intéresser à l’écoute véritable, celle qui survient lorsqu’on met l’ego de côté…

  • Ensuite, on va regarder comment parvenir à bien se faire comprendre, pour communiquer avec fluidité et empathie

  • Enfin, on terminera ce dossier avec une histoire, dans laquelle tu retrouveras un personnage que tu connais déjà… et qui te montrera, en action, ce à quoi peut ressembler une communication véritablement ouverte et bienveillante.


Et bien entendu, à chaque pause de ce dossier, tu retrouveras ta phrase à méditer de la semaine.


Tu as un.e ami.e qui serait intéressé.e par le sujet de cette pause méditation ? Fais-lui suivre ce mail.

Et si tu lis ce mail sans être inscrit.e, clique ici pour découvrir toutes nos pauses méditation et recevoir les prochaines.



1. La communication ouverte et bienveillante : qu’est-ce que ça change au quotidien ?   

Si on est honnête…

Peut-on avouer que la plupart du temps, nous communiquons pour :

  • Faire valoir notre propre point de vue,
  • Raconter les histoires qu’on a vécues,
  • Exprimer les pensées qui nous traversent l’esprit,
  • Expliquer notre manière de voir la vie…


…et parfois même, simplement pour avoir raison ?

Oui, c’est un peu difficile à avouer, et c’est pourtant bien vrai.

Mais il n’y a pas de honte à prendre conscience de ses propres travers, tant que c’est dans l’optique de les transformer pour avancer vers une version plus ouverte et empathique de nous-même.

En fait, c’est même le premier pas essentiel vers une évolution personnelle consciente et constructive.

C’est pourquoi, aujourd’hui, je te propose d’aborder le thème de la communication ouverte et bienveillante.

Parce qu’on pourrait ne jamais prendre cet important pas de recul, et continuer à parler pour mieux s’écouter soi-même, mais…

…si on choisit le chemin de la méditation, c’est pour mieux s’ouvrir à soi, dans un juste équilibre avec les autres, n’est-ce pas ?

Alors, parlons d’ouverture.


a. S’ouvrir : une définition

S’ouvrir
semble être un bien joli concept.

Lorsqu’on pense à une ouverture, on peut penser aux fleurs qui éclosent au mois de mai, aux nuages qui se dégagent pour laisser place à un ciel vaste et bleu, à une pistache qu’on décortique avec envie…

(pourquoi pas ? 😉)

Mais…

Si on pense à nous-même, que signifie “s’ouvrir” concrètement ?

Parmi l’une des définitions du Dictionnaire de l’Académie Française, je trouve :

“Donner accès à ce qui était clos“


Et c’est exactement ça.

S’ouvrir, c’est permettre aux autres d’avoir accès à nous, sans avoir peur de ce qu’ils peuvent découvrir.

C’est donc s’assumer, se rendre vulnérable, avoir confiance.

C’est se défaire de sa carapace pour mieux entrer en relation avec ceux qui nous entourent.

Mais c’est aussi accepter ce que les autres ont à nous proposer.

C’est écouter, ne pas juger, considérer les idées et les opinions des autres, accueillir les différences.

Alors bien sûr on peut se dire que, sur le papier, cette attitude semble idéale…

Mais aussi que le fait de se rendre vulnérable en tout temps, et d’accepter n’importe quel propos de la part des autres peut être dangereux.

Et c’est vrai.

C’est donc pour ça qu’il faut – d’abord et avant tout – apprendre à s’ouvrir à soi pour mieux se connaître, pour comprendre ce qui correspond le mieux à nos vraies valeurs, et pour déterminer quelles sont nos limites dans nos relations avec les autres.

Mais avant de nous lancer, un petit warning 🚨

Tu vas trouver dans cette pause des idées très similaires à celles que j’évoquais dans la Pause #17 Cet étrange animal que l’on nomme ego.

Premièrement, je tiens à préciser que je ne suis pas en train de devenir sénile et, par conséquent, je ne m’apprête pas à te répéter les mêmes concepts et idées en boucle, sans m’en rendre compte 😅

Cependant, et comme tu l’as sûrement compris depuis le temps que nous prenons des pauses ensemble – et peut-être même bien avant ça – l’ego est un sujet central de la méditation.

Il est donc important de l’aborder sous différents angles pour bien comprendre son impact sur chaque instant de nos vies.

Et ce, dans l’espoir de reprendre les commandes, en ne nous faisant plus avoir par ses manigances… ou par nos propres manigances ? Bref. Tu vois où je veux en venir. 😉

Le warning est terminé : à l’attaque !


b. En premier lieu, s’ouvrir à soi

Lorsque nous sommes enfant, personne ne nous fournit de “guide des relations interpersonnelles”, et encore moins de “guide pour se découvrir soi-même.”

Nous sommes donc propulsés dans une vie sociale dont nous apprenons les codes au fur et à mesure, parfois à la dure, parfois dans la ouate.

Donc, nous interagissons avec les autres selon ce que nous déduisons du fonctionnement de nos différents cercles sociaux : à la maison, à l’école, avec nos amis, dans nos différentes activités…

Et en parallèle de ce que nous comprenons de nos observations, nous tentons de définir notre personnalité.

Celle-ci se constitue de nos goûts, de nos préférences, de nos attitudes qui créent chez l’autre les réactions qu’on veut provoquer, des émotions que l’on arrive ou pas à exprimer…

En d’autres termes : on bâtit notre ego, depuis les premiers jours de notre vie, et c’est à partir de celui-ci qu’on définit la manière dont on s’exprime aux autres.

Jusque là, tout va bien ?

Pour résumer, chacun d’entre nous :

Naît dans un contexte social X…

Apprend comment fonctionne son réseau social sur le tas…

Développe sa personnalité…

Apprend à s’exprimer selon ce qu’il a compris de son petit monde…

Et avance comme ça, sans vraiment y réfléchir, pour la plupart d’entre nous.

Ceci veut donc dire que, à aucun moment, nous ne prenons de recul sur la façon dont notre personnalité s’est construite.

(sauf si nous démêlons nos propres fonctionnements à l’aide d’un psychologue ou par la pratique de la méditation, par exemple.)

Et c’est bien naturel puisque, depuis la petite enfance, nous n’avons fait que réagir à ce que notre monde nous a offert.

Nous croyons donc que notre construction égotique est logique et censée…

…puisqu’elle n’est que le résultat de nos réactions à l’histoire qui nous a été proposée lorsque nous avons mis les pieds sur terre.

(comme nous l’avons vu dans la pause #17 : Cet étrange animal que l’on nomme ego)

Tu me suis toujours ?

Si tu me suis, tu te demandes peut-être pourquoi je fais autant de détours pour en arriver à parler de communication bienveillante…

La réponse est simple :

Notre façon de communiquer et de nous ouvrir aux autres dépend uniquement de notre ego et de la place qu’on lui permet de prendre dans nos relations avec autrui.

Maintenant…

Revenons-en au titre de cette partie : S’ouvrir à soi.

Si nous suivons logiquement ce que nous venons de voir :

S’ouvrir à soi signifie donc prendre le temps et le recul nécessaires pour comprendre les mécanismes que l’on a mis en place – et ce depuis l’époque de nos couches-culottes – pour nous adapter à notre monde.

Et si c’est le premier travail à effectuer pour parvenir à une communication sincèrement ouverte et bienveillante…

…c’est parce que sans prendre conscience de nos propres fonctionnements (qui englobent nos réactions, attitudes, valeurs, croyances…) nous ne pouvons être pleinement conscients des jugements que nous émettons sur le monde, et sur les personnes qui nous entourent.

Car :

  1. Tant que tous nos jugements nous semblent fondés et logiques (et chacun d’entre nous émet des jugements qui lui semblent fondés et logiques)…


  1. Et que nous n’avons pas le recul nécessaire pour les remettre en question…


? Alors nous ne sommes qu’un ego fermé sur lui-même qui tente peut-être de s’ouvrir aux autres, mais qui reste persuadé qu’au bout du compte, il a raison.

Alors bien entendu, je n’avance pas ici que toute personne qui n’a jamais médité ou consulté un psy est nécessairement fermée sur elle-même !

Ce serait un jugement illogique et absolument infondé. 😉

Je dis simplement que pour communiquer avec une profonde bienveillance…

et pour savoir écouter avec une ouverture sincère…

Il faut accepter de se regarder en face, avec indulgence et humilité, pour se rendre compte que l’histoire sur laquelle on s’est construit n’est que la nôtre.

Et ce, pour en arriver à laisser la place aux histoires des autres de coexister avec la nôtre, sans les juger.

Là…

Je m’apprêtais à continuer en ouvrant sur le sujet de la communication ouverte et bienveillante.

Mais quelque chose me dit qu’il serait pas mal de prendre une pause… de cette pause.

On continue la semaine prochaine ?

Si tu as des questions concernant cette première partie de notre dossier spécial “Communication ouverte et bienveillante” n’hésite pas !

Réponds à ce mail en me faisant part de tes doutes, de tes commentaires et de tes remarques, et j’y répondrai avec plaisir.




3. Phrase à méditer de la semaine


195b0a7a277cdf5964ab40f36fa276f2

À la semaine prochaine !

Christophe

7dd54cc0c47d0c9ab1a18b3cec8308a1

link tracker?nl=1&c=363&m=1157&s=33ce3a3127668370ef64a6694cb32cf8&l=open&account=christophelorreyte.activehosted


A lire également